JHeartPerfect

Forum consacré aux talentueux acteurs : Jake Gyllenhaal & Joaquin Phoenix
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entretien avec Joaquin Phoenix au FIFT

Aller en bas 
AuteurMessage
Charly03
Admin
avatar

Messages : 226
Date d'inscription : 10/09/2007
Age : 30
Localisation : Moselle, Lorraine

MessageSujet: Entretien avec Joaquin Phoenix au FIFT   Ven 19 Oct - 11:59

Entretien avec le réalisateur Terry George, Joaquin Phoenix et Mira Sorvino au Festival international du film de Toronto.


Joaquin Phoenix: "Chacun de nous pourrait devenir un monstre devant une telle tragédie..."


Dans Reservation Road, un homme cherche à venger son fils fauché par un chauffard. Entretien avec le réalisateur Terry George, Joaquin Phoenix et Mira Sorvino au Festival international du film de Toronto.

À la sortie de la projection de presse de Reservation Road, au Festival international du film de Toronto, quelques journalistes français se sont exclamés: "Mais qu'est-ce que c'est que ce film où tout le monde pleure tout le temps? C'est une course aux oscars ou quoi?"
De fait, dans ce déchirant drame familial de Terry George (Hotel Rwanda), les principaux acteurs ont dû mettre à contribution leurs glandes lacrymales à plusieurs reprises: "Je trouvais le scénario très fort, relate dans un français quasi impeccable Mira Sorvino, et comme maman - mon fils venait de naître lorsque j'ai reçu le script -, j'étais un peu soulagée de savoir que le rôle de Grace avait déjà été confié à Jennifer Connelly. Je savais que je n'aurais pas à faire le travail très difficile de me mettre dans la peau d'une mère qui affronte la pire chose qu'un parent peut vivre."

"J'ai pleuré des milliers de fois pour les besoins d'un film, lance Joaquin Phoenix en haussant les épaules, c'est un travail, tout simplement. Je me sens presque coupable d'avoir à dire ça, mais j'ai eu énormément de plaisir sur le plateau parce que je travaillais avec des gens formidables. Aussi, je n'ai pas choisi ce film parce que je devais y pleurer souvent, mais parce que le scénario de Terry m'intéressait, car il est tissé de zones grises."

Après avoir assisté à un concert de leur fils Josh, Ethan (Phoenix) et Grace (Connelly) s'arrêtent quelques instants à une halte routière avec leurs deux enfants.
À peine ont-ils tourné le dos que le jeune garçon est frappé de plein fouet par un automobiliste qui poursuit son chemin. Ce dernier, Dwight (Mark Ruffalo), tente alors de cacher à son fils, endormi au moment de l'accident, et à son ex-femme Ruth (Sorvino), ce qui s'est passé. Inconsolable, Ethan jure de venger la mort de Josh coûte que coûte. Le destin l'amènera à croiser Dwight, qui n'osera lui révéler qui il est.

LA VENGEANCE DANS LA PEAU

À l'instar d'Alejandro Gonzalez Iñarritu (21 Grams) et de Todd Field (In the Bedroom), Terry George s'est penché sur le thème délicat de l'auto-justice sans pour autant faire un film de vengeance à la Die Hard.

"Mon intention était de faire l'anti-film de vengeance, se souvient le réalisateur, car plusieurs se plaignent qu'il y a trop de films de vengeance. Je voulais en traiter d'une façon intime dans le cadre d'un drame familial. Il s'agit davantage d'une exploration de la folie, de la rage et de la colère que la douleur de perdre un être cher entraîne. Les gens qui traversent de dures épreuves ont souvent tendance à "démoniser" les responsables et à vouloir les détruire. Malheureusement, depuis les six dernières années, cet instinct de vengeance est revenu en force aux États-Unis."

Mira Sorvino, que George a empêchée de lire le roman de John Burnham Schwartz dont est tiré le scénario puisque son personnage y est très différent, abonde dans le même sens: "Le traitement de l'histoire s'éloigne des standards hollywoodiens. La vengeance est une réaction, mais elle n'est pas une solution. Ce n'est pas à nous de punir et nous devons accepter cette réalité."

Au cours du récit, la sympathie du spectateur se transportera sans cesse d'Ethan à Dwight puisque malgré leurs actes, ces derniers ne sont pas de mauvaises personnes, mais bien deux pères qui tentent de protéger leur famille:

"Il ne s'agit pas ici de confrontation entre le Bien et le Mal, révèle l'acteur qui tenait un rôle dans Hotel Rwanda. Chacun de nous pourrait devenir un monstre devant une telle tragédie... Je crois qu'il s'agit d'un facteur culturel qu'un homme se sente obligé d'être le protecteur de sa famille. En rencontrant des parents ayant perdu un enfant, j'ai senti chez les pères un fort sentiment d'infériorité et d'échec, comme s'ils avaient été émasculés. C'est pourquoi Ethan cherche à retrouver sa place dans la famille en s'enfonçant dans la violence... ce que nous voyons malheureusement trop souvent. Pour moi, c'était un sentiment fascinant à explorer."

De conclure Terry George à qui Joaquin Phoenix avait envoyé le scénario: "Ce qui m'intéresse, c'est de mettre en scène des gens ordinaires confrontés à des drames extraordinaires afin d'en démontrer l'humanité, comme Helen Mirren et Fionnula Flanagan dans Some Mother's Son ou Don Cheadle dans Hotel Rwanda. En fait, ce qui me fascine, c'est la force de l'être humain."

En salle le 26 octobre.

Source : http://www.voir.ca/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jheartperfect.forum-actif.net/
 
Entretien avec Joaquin Phoenix au FIFT
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entretien avec la maîtresse !
» Entretien à Malakoff
» IUT du Havre
» Vends support de cours CNED (2012) conservateur bib Etat ext
» bilan orthophonique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JHeartPerfect :: JHeartPerfect : Joaquin Phoenix :: Scoops, Rumeurs & News-
Sauter vers: